Qu’est-ce qu'une conférence familiale ?

L’objectif de la conférence familiale est de résoudre un problème concernant un membre de la famille. Elle permet à la famille de poser le problème et de choisir avec tous ceux qui lui sont proches, les ressources à mettre en œuvre pour sa résolution.

La famille, indépendamment des professionnels, mais bien conseillée par ceux-ci, prend la responsabilité d'établir un plan d’action qui répond au problème posé.

La conférence familiale s'adapte à tous les problèmes familiaux tels que :

  • les problèmes liés à l'enfance (situations de négligence, de carences éducatives, de danger pour les enfants dans leur santé, sécurité ou moralité ou de développement compromis au plan physique, affectif, intellectuel et social),
  • la maladie,
  • la vieillesse,
  • les addictions,
  • les abus,
  • la réinsertion (après une période d'enfermement ou d'hospitalisation).

Comment une conférence familiale s'organise t-elle ?

1) La préparation de la conférence

En général c'est un travailleur social en charge de la famille qui propose d’organiser une conférence familiale. La famille peut aussi en prendre l’initiative. Si la famille est d’accord, et seulement dans ce cas, le travailleur social définit avec elle le sujet central de la conférence. Ensuite il fait appel à un coordinateur de conférences familiales, une personne qui ne connaît pas la famille, pour respecter le principe de neutralité et instaurer un climat de confiance. Idéalement, le coordinateur devrait partager la même culture (même langue, mêmes habitudes) afin de faciliter la compréhension de la situation.

Le coordinateur explique aux membres de la famille en quoi consiste la conférence familiale, leur demande quelles personnes ils souhaiteraient inviter, s’assure que tous ceux qui nécessitent un soutien particulier (enfants, victimes) peuvent être assistés par une personne de confiance de leur choix.

Le coordinateur rencontre toutes les personnes concernées avant la conférence, explique pourquoi il est important de participer et essaie d’obtenir la participation du plus grand nombre, y compris les plus hostiles. En effet plus il y a de personnes, plus il y aura d'idées et moins de risque de prise de pouvoir d’une personne dans le débat. Le coordinateur invite aussi les professionnels, ou personnes détentrices d’informations significatives, à donner leur éclairage sur la situation.

La famille décide des modalités d'organisation de la réunion (date, lieu) et envoie une invitation à toutes les personnes invitées à la conférence.

2) Le partage des informations

Tous les participants sont réunis.

Le coordinateur ouvre la réunion et énonce les règles qui devront être suivies : la confidentialité, la liberté de parole et le respect de chaque opinion, y compris celles des enfants. La famille ou le travailleur social rappelle la situation et les questions à traiter en termes clairs. Ensuite les professionnels prennent la parole pour donner leur avis sur la situation et les solutions possibles, puis répondent aux questions.

Avant que tous les professionnels ne quittent la salle de réunion pour laisser la famille et ses invités développer un plan d’action, le travailleur social rappelle les éventuelles conditions non négociables, déjà énoncées en amont à tous (par exemple une interdiction légale de retour d’un enfant chez l’un des parents qui se séparent).

3) Temps de délibération privé

Une fois les professionnels partis, la famille et ses invités discutent librement, jusqu’à l'élaboration d'un plan d’action. À tout moment un participant ou un enfant peut quitter la salle pour se détendre.

À l’issue de ce temps privé, la famille produit un document qui regroupe les actions et les engagements sur lesquels tout le monde s’est mis d’accord.

4) Le plan d’action

Le coordinateur et le travailleur social reviennent dans la salle de réunion pour consigner clairement et en détail les décisions envisagées. Le plan d'action devrait comprendre des mesures d’évaluation de la mise en œuvre des décisions.

Le travailleur social présent donne son approbation en vérifiant que la légalité et la protection des personnes (et surtout des enfants) sont assurées.

Les participants sont invités à remplir une fiche/bilan avant de partir, reçoivent dans les trois jours qui suivent la réunion une copie du plan d’action et sont encouragés à se réunir deux ou trois mois plus tard pour évaluer la mise en place des différentes actions qui doivent être mises en œuvre rapidement.

Exemple d'une situation :

Lorsque les parents décident de se séparer ou de divorcer, les enfants peuvent ressentir un sentiment de perte, de colère, de tristesse voire de culpabilité. Ces sentiments peuvent être moins douloureux si les parents travaillent ensemble pour convenir des dispositions à prendre en matière de contacts et de résidence. Et par la même occasion, cela peut éviter aux parents des discussions acrimonieuses. Une conférence familiale offre l'opportunité aux parents, aux enfants, aux autres membres de la famille et aux amis, ainsi qu'aux autres personnes invitées par la famille de se réunir et de discuter de la résolution du problème. Elle prend les enfants en compte comme personnes à part entière : ils font partie du problème, donc de sa résolution. S'ils sont jeunes, ils peuvent choisir et inviter une personne de confiance qui les soutiendra lors de la réunion.

« J'ai entendu parler de l'existence des conférences familiales. Pouvez-vous en organiser une pour moi ? » était la question que j'entendais au téléphone. « Ma femme et moi sommes divorcés et nous nous battons concernant les enfants. Nous devons établir des droits de visite et d'hébergement mais comme je suis passé par beaucoup de tracas avec ma femme, nous sommes incapables de parvenir à un accord. On ne peut pas lui faire confiance. Cependant, je fais confiance à ses sœurs et à son père, ils connaissent aussi les enfants et n'ont que leur intérêt à cœur. Pourriez-vous organiser une telle conférence pour nous, avec ma famille ? »