La médiation

Il existe des associations de médiateurs auxquelles on peut faire appel. L'association Question de justice peut cependant participer à la mise en place de formations, pour les pairs dans les écoles et les collèges car la médiation peut faire partie de l'introduction de l'approche réparatrice à l'école. La différence avec les pratiques de justice réparatrice est que la médiation ne fait pas intervenir la collectivité.

Médiation pénale : tout processus permettant à la victime et au délinquant de participer activement, s’ils y consentent librement, à la solution des difficultés résultant du délit, avec l’aide d’un tiers indépendant (médiateur).

Le cercle de parole

Le cercle de parole est un outil efficace pour la création de liens et de relations saines. Il peut être utilisé à tous les âges et à tous les niveaux.

Le cercle de parole est un des outils utilisé parfois quotidiennement dans les établissements (scolaire, spécialisé) qui ont adopté les pratiques réparatrices dans les relations interpersonnelles. Il suit les règles d´un processus qui permet l’expression libre de chaque participant et nécessite en particulier que chaque participant soit écouté sans être interrompu.

« Dans un cercle les problèmes ont l'air moins grave »

La Communication Non Violente (CNV)

La Communication Non Violente cherche toujours le sens caché des mots, c'est à dire, les sentiments et expériences individuelles qui ont amené la personne à commettre des actes ou à rentrer en conflit. La plupart du temps, ces actes sont une traduction d'un mal être.

L'association pour la Communication Non Violente est créée en 1999 aux États Unis par Marshall Rosenberg. L'association donne la description suivante :

"La Communication Non Violente (CNV) est un processus de communication pragmatique et efficace, qui permet d’être clair, cohérent et congruent dans notre communication, tout en étant ouvert et dans la compréhension de l’autre. Cette approche nous permet de développer des relations de coopération et de dépasser les conflits. Elle est enseignée et appliquée dans de nombreuses institutions comme les entreprises, les hôpitaux, les structures sociales, l’école et dans le monde entier."

Réunion Détenus Victimes (RDV)

Ces rencontres rassemblent en général trois détenus et trois victimes qui ne se connaissent pas mais qui sont liés par un crime similaire, et sont accompagnés par deux animateurs et deux représentants de la société civile. Le programme Réunion Détenus Victimes (RDV) se déroule sur une durée de trois mois environ en trois étapes : une phase préparatoire d’entretiens individuels, une phase intensive d’exécution du programme s’étalant sur cinq ou six rencontres hebdomadaires de trois heures chacune, et trois mois après un suivi de l’expérience avec les participants par une rencontre d’évaluation. Chaque rencontre aborde un thème différent sur lequel les participants sont invités à échanger ou part du témoignage de l’un ou l’autre.

Une activité à réaliser entre chaque rencontre est aussi proposée. Celle-ci permet aux participants de se préparer à la rencontre de la semaine suivante.

Le cercle restauratif

Dominic Barter travaille depuis 2004 comme directeur du programme de formation du projet pilote brésilien de justice réparatrice, en collaboration avec le programme de développement de l'ONU, l'UNESCO, le ministère de la justice, le ministère de l'éducation et le secrétaire spécial pour les droits de l'homme. Dominic coordonne le projet de justice réparatrice pour le Centre International du Communication Non Violente (CNVC) et écrit un livre en ce moment (2012-2013).