Approches réparatrices

Extrait du livre de Belinda Hopkins, restorative classroom 2011.

« Bien que les gens aient tendance à penser que les pratiques réparatrices sont utilisées uniquement lorsque les choses vont mal, en fait les actions en amont sont de loin les plus importantes.

Nous avons remarqué que lorsqu’un établissement envisage les pratiques réparatrices comme une solution occasionnelle ou en dernier recours, lorsque l’autorité ou les punitions n’ont pas fonctionné, il y a peu de changements, aussi bien chez l’individu que dans la communauté scolaire.

La clé se trouve dans l’adoption systématique par l’école d’une philosophie et d’une culture des pratiques de justice réparatrice ainsi que d’un usage constant de celles-ci dans chaque classe par chaque professeur. Il faut sans doute commencer par observer la façon dont le personnel travaille et est dirigé. Si la direction n’adhère pas aux pratiques réparatrices cela rend très difficile le travail d’un professeur seul avec sa classe. »

Lire le document : L’approche réparatrice à l’école de Belinda Hopkins

Extraits du rapport de Éric Debarbieux contre le harcèlement scolaire, avril 2011 :

« La relation entre la violence et les apprentissages a fait l’objet de nombreuses recherches et il s’avère que le fait d’être exposé de façon régulière à des comportements violents altère les fonctions cognitives telles que la mémoire, la concentration, les capacités d’abstraction. Les enfants victimes d’ostracisme ont une opinion plus négative de l’École, mettent en place des stratégies d’évitement et sont donc plus souvent absents, et ont des résultats scolaires inférieurs à la moyenne. Les chercheurs montrent que 29% des victimes ont du mal à se concentrer sur leur travail scolaire. Du côté des agresseurs, les problèmes sont aussi importants, avec un pourcentage important d’élèves qui sont en échec scolaire. Une victime sur cinq a tendance à s’absenter pour ne pas affronter son ou ses agresseur(s). DeRosier (1994) et son équipe ont évalué 3 cohortes d’élèves sur 4 ans et ont révélé que les enfants victimes d’ostracisme avaient des taux d’absentéisme plus élevés que les autres et de moins bons résultats aux tests scolaires que les élèves qui ne sont pas rejetés. Une autre étude auprès de 188 absentéistes chroniques au Pays de Galles, conclut que 14,8% d’entre eux ont affirmé que la première fois qu’ils se sont absentés, c’était parce qu’ils étaient victimes de maltraitance et de harcèlement et 18,8% ont donné la même raison pour une absence persistante…

Il convient que la sanction prise à l’égard des agresseurs restaure la confiance de la victime. Les approches restauratives sont basées sur ce principe de justice restaurative. Elles sont composées par un éventail de réponses possibles et hiérarchisées allant de la conversation informelle à des rencontres et des réunions formelles. Le principe sous-jacent étant de tenter de résoudre le conflit et réparer les préjudices causés en se concentrant sur l’auteur du problème, qui est informé des sentiments de la victime, encouragé à reconnaître les conséquences de ces actes et à qui on propose un moyen de réparer le mal causé. Une des grandes constantes trouvée chez les agresseurs est en effet le manque d’empathie, l’incapacité à se mettre « à la place de la victime », victime souffrant souvent d’une grande solitude et d’un manque de solidarité des pairs. Cette approche offre aux victimes la reconnaissance de leur statut et une mesure de réparation et s’oppose à une approche punitive (Zehr, 1990, Braithwaite, 2002). Toutefois, les écoles peuvent avoir recours à la punition si un élève refuse de faire réparation à la victime ou ne se conforme pas aux décisions prises ».

Lire le document : Introduction aux pratiques de justice réparatrice (power point de l'atelier ESEN du 9 avril 2013)

Les résultats dans les pays où les approches réparatrices sont utilisées, aux États-Unis et en Angleterre, sont que les exclusions deviennent exceptionnelles et que les jeunes arrêtent de casser les fenêtres dans les établissements spécialisés. De nombreux témoignages sont sur www.iirp.edu et www.safersanerschools.org.

Vous pouvez consulter le rapport sur 3 ans d'expérimentation de la Concertation Restaurative en Groupe dans un lycée professionnel pour jeunes en difficulté à Bruxelles de notre partenaire belge Le Souffle : Bilan du projet-pilote « Concertation Restaurative en Groupe en milieu scolaire » 2012-2015.