La conférence familiale

La conférence familiale (CF) est un processus contrôlé, préparé en profondeur et animé par un coordinateur indépendant formé à la CF qui mène à la prise de décision par la famille concernée pour résoudre un problème concernant un membre de sa famille (à comprendre dans le sens de toutes les personnes proches) en danger ou en risque de l'être. La CF permet à la famille de poser le problème et de choisir avec tous ceux qui lui sont proches les ressources à mettre en œuvre pour sa résolution.

Bien informée par des professionnels, la famille est indépendante pour la prise de décision et établit un plan d'action qui répond à toutes les problématiques de la situation.
Avec ce plan validé par le travailleur social habilité (« le prescripteur », «le référent»), la famille ou la personne prend la responsabilité de résoudre ses problèmes par rapport à ses enfants ou proches et, en conséquence d'établir une coopération équitable entre elle et les professionnels.

Les membres de la famille invitent des personnes en qui ils ont confiance d'apporter une ressource pour contribuer à la résolution de la situation. Les mineurs se font accompagner par un adulte de leur choix. Un travailleur social en charge de la famille ou un Juge peut énoncer des conditions auxquelles le plan d’action doit répondre.

Le processus de la CF prévoit une phase de préparation par un entretien avec chacune des personnes invitées. Ensuite la conférence proprement dite se déroule en 3 phases :
- une phase de partage d'informations en présence des travailleurs sociaux invités et du prescripteur
- une phase de délibération privée (« huis clos ») du groupe familial au cours de laquelle est établi le plan d'action
- une phase de validation et suivi du plan d'action.

La conférence familiale est une pratique de justice restaurative qui s'adapte à tous les problèmes familiaux tels que :

  • les problèmes liés à l'enfance (situations de négligence, de carences éducatives, de danger pour les enfants dans leur santé, sécurité ou moralité ou de développement compromis au plan physique, affectif, intellectuel et social),
  • la maladie,
  • la vieillesse,
  • les addictions,
  • les abus,
  • la réinsertion (après une période d'enfermement ou d'hospitalisation).

Dans le domaine du social

En France

Plusieurs départements, notamment La Haute Savoie, la Gironde, le Nord et l'Ardèche ont engagé des conférences avec les familles et personnes suivies. Un des coordinateurs de conférences familiales à Bordeaux décrit son travail de facilitateur de la façon suivante : « Je permets à la famille ou à une personne de réunir autour d’elle toutes les personnes ressources dont elle dispose pour l’aider à trouver avec elle la solution à sa préoccupation. Et j’essaie de savoir de quoi ont besoin ces personnes pour se sentir à l’aise et venir à la réunion ». Dans un avenir proche, les familles auront peut être le choix de demander une conférence familiale ou de suivre le chemin de l’accompagnement généralement proposé par le travailleur social.

La justice restaurative, en favorisant l'apaisement social, permet aussi de faire des économies en réduisant le nombre de placements et en favorisant le placement chez les tiers dignes de confiance. Les résultats des divorces, les réponses aux situations d'enfants et familles en danger, les réactions aux situations conflictuelles de voisinage ou bien une meilleure préparation de la personne qui réintègre la société, ce sont toutes des situations qui bénéficient d’une meilleure réponse quand toutes les personnes impliquées se consultent et décident ensemble d’un plan d’action qui répond aux questions et inquiétudes.

Le Petit Robert donne comme première explication du mot « justice » : principe moral qui exige le respect du droit et de l'équité.
Dans le Larousse on peut lire : faire justice c'est faire réparer le tort subi.

Le postulat sous-jacent des pratiques de justice restaurative est que les gens sont plus heureux, plus coopératifs, plus productifs et plus aptes à s’engager dans des changements positifs si ceux qui ont de l’autorité sur eux (une autorité quelle qu’elle soit) agissent AVEC eux et non POUR eux.

La justice restaurative est fondamentalement axée sur la réparation, la responsabilité et le lien social.

Quand une personne ou un groupe a souffert ou a causé de la souffrance, la justice restaurative offre une réponse qui respecte l'intégrité de chaque personne ainsi que celle des communautés d'où elles viennent.

La justice restaurative est mise en pratique dans les pratiques ancestrales de peuples du monde entier, dans des communautés religieuses, des associations de défense de victimes, des services de justice correctionnelle. La justice restaurative a été utilisée dans des écoles, des lieux de travail, pour des familles et dans des communautés.